Allez, au charbon !

Patrimoine industriel
Buxières-les-Mines

Image de la cache
La Chassagne - Bruxiere les mines - Jean Boire
Niveau
Dénivelé
Durée
2h-3h
Distance
6km

Introduction

V’là de courageux marcheurs à qui les kilomètres ne font pas peur ! Bienvenus à « Buxières-la-Grue », les drôles ! Ou devrais-je dire : « Buxières-les-Mines »... A partir de 1844, et jusqu’en 2001, l’extraction du charbon et du schiste est si importante sur la commune, qu’elle a même changé de nom.

C’est parce que cette activité a marqué l’histoire du lieu, Margotte ! Tout comme son paysage... Suis-moi, je vais te montrer.

Etapes

Point de départ : parking place des mineurs (N46°28.100' / E002°57.779')

Vous venez aussi, les enfants ? D’accord, mais... Chacun d’entre vous est-il taillé pour l’aventure ?

Bah. Evidemment ! Tu vois ben qu’ils sont tous « mineurs » ! Ceux de la commune ont d’abord travaillé dans des exploitations souterraines. Puis, à partir de 1993, les mines à ciel ouvert se sont généralisées. Ainsi, durant près d’un siècle et demi, les techniques d’extraction ont évolué et le matériel aussi...

Trouvez la stèle rendant hommage aux mineurs. Par opposition à l’exploitation souterraine, où l’on travaillait avec la lampe à flamme et la pioche dans les galeries boisées, quel élément caractérise l’exploitation moderne à ciel ouvert ?


  1. Le puits de mine
  2. Le godet de pelleteuse
  3. Le camion-benne


Relevez le numéro de la bonne réponse.

Notez ce chiffre. C’est la réponse "A".
A =_____

À Buxières, et plus largement sur le « bassin houiller de l’Aumance », on extrayait le charbon et les schistes bitumineux. Ces derniers servaient à produire de l’huile pour l’éclairage et la combustion, bien avant les gisements d’outre-Atlantique.

Moi, je n’ai jamais trouvé de pétrole en bêchant mes fraisiers !

Les schistes bitumineux doivent être chauffés puis distillés pour ça... De plus, ils se trouvent à des dizaines de kilomètres sous tes platebandes...

Par mes cornes ! Comment sont-ils arrivés là ?

Il y a plusieurs millions d’années, un lac immense et marécageux s’étendait autour de nous. Les matières végétales comme le pollen, les algues ou les arbres s’y sont enfoncées puis accumulées. Par l’action de la température et de la pression, ces matières se sont peu à peu transformées en cette roche qu’on appelle « le schiste »...

Incroyab’... Et ce gros rocher boursouflé à côté de la stèle ? Qu’est-ce que c’est ?

Il s’agit d’une souche d’arbre fossilisée, Margotte ! Agée de plusieurs millions d’années !

Alors là... J’suis sciée.

Quittez le parking pour longer la route de Chavenon. Au point N 46°28.064' / E 002°57.824', suivez le passage qui chemine entre le mur et la maison pour déboucher sur la rue du Cimetière.

Descendez prudemment cette rue puis tournez à droite sur la route de Chavenon. Attention à la circulation, c’est une Départementale

Vue sur le bourg (N46° 27.954' / E002° 58.047')

Bonjour les Zoom ! Vous allez jusqu’à l’étang de la Chassagne ? Un endroit extraordinaire, idéal pour comprendre à quel point l’activité minière a bouleversé le paysage... Mais ça, j’imagine que vous le saviez déjà.

Non ! Non ! N’allez pas là-bas, je vous en supplie ! Pour l’amour de Dieu !

Bianka ? Qu’est-ce qui te prend ?!

Tu ne sais donc pas ce qui sommeille dans les profondeurs de l’étang ?! Un monstre terrifiant, tout droit venu des enfers ! On raconte que les mineurs l’ont débusqué par mégarde, lorsque l’endroit était encore une exploitation à ciel ouvert. Immédiatement après, la mine a fermé... Personne n’y est retourné depuis.

Un monstre subaquatique ? Jamais entendu parler.

En tous cas, l’église reste ouverte à ceux qui souhaitent s’y réfugier...

Bianka nous met en garde ! Je ne sais plus quoi penser... Faut-il s’abriter ou poursuivre la mission ? En tout cas, c’est en observant les maisons du village que l’on se rend compte à quel point le bourg originel s’est établi de manière concentrique, autour de son église... La disposition des habitations laisse entendre que l’édifice disposait ainsi d’une « muraille » de protection.

Pour éviter de longer la route, empruntez le pont au N 46°27.960' / E 002°58.235' et longer le ruisseau du Bandais. Quelques mètres plus loin, enjambez à nouveau le cours d’eau.

Le frêne (N46°27.924' / E002°58.457')

Je suis tellement pressé de vous faire découvrir l'étang où se trouvait la dernière mine de Buxières en activité !

J'en connais un qui n'est pas pressé, lui, le frêne ! Cet arbre que l'on retrouve dans les vallons et à proximité des cours d'eau, comme ici le long du Bandais, est l'un des derniers arbres à ouvrir ses feuilles vert foncé. Plus surprenant encore, elles n'apparaissent qu'après ses fleurs !

Ça alors ! Il est tout décalé !

Et ce n'est pas tout, le frêne se caractérise aussi par ses gros bourgeons noirs visibles presque toute l'année. Regarde dans la ripisylve qui borde le ruisseau !

Un dernier indice pour le repérer : ses fruits, appelés samares, forment des grappes et sont reconnaissables de l'été à l'hiver. Chaque samare est composée d'une graine prolongée par une excroissance en forme de :

  1. Parachute
  2. Frisbee
  3. Hélice

Relevez le numéro de la bonne réponse.

Samare de frêne. Photo Georges Grousset

Samare de frêne. Photo Georges Grousset

Notez ce chiffre. C’est la réponse "B".
B =_____

Grâce à cet ingénieux système, les samares sont aisément disséminées par le vent... Eurêka ! Quelle bonne idée ! Construisons un hélico et nous serons à l'étang de la Chassagne en un battement de cil.

Bin vieux, on aura tout vu... Une vache volante ! Non merci Genius, on va poursuivre à pied...

Grimpez en direction du hameau "Le Guillot" pour rejoindre l'étape n°4.

Vous allez traverser un hameau, merci de respecter la tranquillité des habitants.

Les Justices (N46° 28.243' / E002° 58.269')

Placez-vous en retrait de la circulation, derrière la haie, pour observer la maison. Merci de ne pas entrer dans la propriété.

Voici un endroit bien connu dans l’histoire industrielle de Buxières : les Justices ! Une usine de traitement et de raffinage des schistes bitumineux...

Le schiste, il fait coumme moi : il n’est pas très raffiné de nature.

En effet ! Dans cette roche, le pétrole brut ne s’est pas encore formé. Il faut alors la chauffer, à plus de 500°C, puis la distiller pour en tirer une huile brute s’apparentant au kérosène d’aujourd’hui.

15 minutes au four à bois, ça ne suffit pas j’suppose...

Les mineurs des Justices utilisaient des cornues : de grands fours verticaux construits en fonte et en briques réfractaires... Cette production d’hydrocarbures perdurera jusqu’en 1910, date à laquelle arrive le pétrole des Etats-Unis.

Cornues de distillation des schistes bitumineux. Les Plamores. Coll. G.N.B.

Cornues de distillation des schistes bitumineux. Les Plamores. Coll. G.N.B.

Aujourd’hui, la nature a repris ses droits. Les fours de distillation ont disparu... Seuls subsistent l’ancien logement du directeur et les bureaux du personnel, aujourd’hui transformés en habitation et en dépendances.

Observez l’ancienne maison du directeur des Justices, avec la grande fenêtre ronde. Quel élément d’architecture montre qu’il s’agit d’un ancien bâtiment industriel ?


  1. Une couverture voutée, en fines plaques d’aluminium
  2. Une façade construite avec les briques réfractaires des cornues

  3. Une toiture en dents de scie, appelées sheds

Relevez le numéro de la bonne réponse.

Notez ce chiffre. C’est la réponse "C".
C =_____

Longez la route principale (D368) en restant sur votre droite. Marchez jusqu’au point N 46°28.522' / E 002°58.276' situé face au château de la Condemine. Soyez très prudents, cette route ne comporte pas de trottoirs et les bas-côtés sont étroits.

Etang de la Chassagne (N46°28.588' / E002°58.443')

On comprend mieux pourquoi Genius voulait nous montrer cet endroit ? En plus d’être un beau point de vue, il permet d’évoquer la toute dernière mine du Massif Central qui a fermé en 2001...

Avec la concurrence des Etats-Unis, l’exploitation des schistes bitumineux s’arrête au profit du charbon. A partir de 1993, les hommes ne travaillent plus sous la terre mais dans des mines à ciel ouvert. Celle de la Chassagne a depuis été transformée en plan d’eau.

Mine à ciel ouvert de la Chassagne en 1999. Photo G. Lapray

Mine à ciel ouvert de la Chassagne en 1999. Photo G. Lapray

Difficile d’imaginer qu’il y a encore quelques années, shuttle-cars, pelleteuses et autres boulonneuses rythmaient la vie de ce site... Aujourd’hui, le chant des oiseaux a pris le relais.

Ouvrez donc les oreilles et les mirettes ! Au loin, se dresse la cheminée de la mine du Méglin. A sa gauche, la silhouette pyramidale de son terril émerge elle aussi des bois environnants... Vous les voyez ?

Je les distingue, Genius... En revanche, impossible de retrouver Margotte ! Mais où est-elle passée ?

Descendez en suivant la route, jusqu’à l’entrée du plan d’eau N 46°28.657' / E 002°58.266'

Le monstre existerait-il bel et bien ? Aurait-il dévoré Margotte ? Attention ... Quelque chose bouge derrière ce panneau.

N’aie pas peur, c’est moi ! Je faisais le tour de l’étang lorsque je suis tombée nez à nez avec ce bestiau. Aga don...

Nom d’un roulement à billes ! Voilà donc la fameuse créature qui aurait terrifié les mineurs ?! Cet animal, fossilisé dans une plaque de schiste, ressemble à un « orthacanthus buxieri » ! Il y a quelques années, le premier spécimen du genre a été découvert dans une mine de Buxières...

A quelle espèce s’apparente l’orthacanthus buxieri, âgé de 280 millions d’années et découvert à Buxières (d’où son nom) ?

  1. Une pieuvre géante
  2. Un requin d’eau douce
  3. Un crocodile à queue plate


Relevez le numéro de la bonne réponse.

Notez ce chiffre. C’est la réponse "D".
D =_____

Traversez prudemment la route (D68) puis suivez le chemin qui monte en longeant celle-ci, au N 46°28.661' / E 002°58.223'

Les wagonnets et le château de la Condemine (N46° 28.534' / E002° 58.088')

Quelle trouvaille, mes cadets ! Un géant aquatique et préhistorique, fossilisé dans une plaque de schiste ! Rien d’étonnant, car rappelez-vous ce qu’a dit Genius... Il y a fort longtemps, un lac tropical s’étendait iqui.

Continuons notre tour et nous ferons un arrêt à la mairie pour vérifier notre découverte ! Là-bas, les archives nous permettront d’affirmer s’il s’agit ou non d’un orthacanthus buxieri... Utilisons ces wagonnets pour le transporter.

Good morning, ladies and gentlemen... Que conduisez-vous là, hum ? Pardonney ma curiositey. C’est que le château de la Condemine, situé face à vous, a connu un passé industriel lui aussi !

Trouvez l’écriteau posé sur les wagonnets. En quelle année le propriétaire du château de la Condemine découvre la présence de charbon sur ses terres ? Additionnez les quatre chiffres qui composent cette date pour obtenir un nombre.

Notez ce nombre. C’est la réponse "E".
E =_____

Le château de la Condemine, édifice emblématique du Bourbonnais, est un bel exemple d'architecture militaire médiévale ; même s’il a été remaniéy selon les propriétaires et les utilisations successives... Les différentes époques de construction se remarquent en observant les ouvertures. Have a look !

A la fin du 19ème siècle, son propriétaire et gérant des mines avoisinantes l’utilisait comme « cité ouvrière » pour loger ses employés et leurs familles.

Pour les plus curieux, n'hésitez pas cliquer ici pour voir le château de l'intérieur !

Sur la voie du tacot (N46°28.491' / E002° 58.016')

Outch. Ce n’est pas évident de transporter cette plaque de schiste... Heureusement, ces wagonnets avancent comme sur des roulettes ! Et pour cause, nous sommes sur l’ancienne voie du « tacot » ! Pourvu que notre chargement ne finisse pas coumme ce petit train, lors de son inauguration en 1887...

On raconte en effet qu’il dérailla à son entrée en gare de Buxières... Une arrivée fracassante ! Hum. Enfin, si je puis dire...

Il ne faut pas oublier qu’avant le tacot, la commercialisation du charbon posait d’énormes problèmes, car le bassin houiller était très enclavé ! Alors, à la fin du 19ème siècle, les premiers concessionnaires envisagent de relier mines et usines par le chemin de fer. La ligne qui passait à Buxières permettait de rejoindre le bassin industriel de Montluçon, point central de la consommation du charbon dans l’Allier.

Tchou ! Tchou ! Tout l’monde en voiture ! Prochain arrêt, la mairie de Buxières !

Est-ce que je peux m’assoir à côté de la fenêtre ? J’aimerais contempler le paysage... Au loin, ces alignements de feuillus et de résineux indiquent que les coteaux ont été replantés, après que l’endroit ait été exploité...

Elle a raison, la ch’tite ! Ce terroir recelait de richesses que les hommes sont parvenus à sortir des entrailles de la terre ! Dans les années 80, autour du ruisseau du Morgon en contrebas, ateliers, lavoirs, bureaux préfabriqués et stocks de matériel étaient installés sur ce que l’on appelle le carreau de la mine.

Carreau de Saint-Martin en 1977. Photo P.J. Debriette

Carreau de Saint-Martin en 1977. Photo P.J. Debriette

Continuez jusqu’au N 46°28.365' / E 002°57.632' et traversez l’axe principal pour prendre la route interdite aux 3,5 t.

Une fois en haut, prenez à droite. Au N 46°28.242' / E 002°57.611', tournez à gauche dans la rue Alexis Gaume. Longez votre droite au N 46°28.182' / E 002°57.610' pour cheminer sur un terrain enherbé, bordé d’une haie. Vous arrivez à l’arrière de la mairie.

Ouf ! On y est presque ! Tiens, Scoti ! Tu es là ? Qu’est-ce que tu observes ?

Regarde comme la construction de l’école est fonctionnelle. Toutes les classes sont accessibles depuis la cour de récréation. Chaque salle est à la fois indépendante et traversante...

Mais qu’est-ce qu’elles traversent don' ?

Margotte... Une pièce traversante fait la largeur du bâtiment et bénéficie d’ouvertures sur chacune des façades. Cela permet de capter le maximum de lumière naturelle et de faire des courants d’air, lorsqu’il fait très chaud, en ouvrant de chaque côté !

Au N 46°28.138' / E 002°57.604', trouvez le graffiti sur le mur de l’école. Parmi ces outils, symbolisant l’activité des mines, lequel n’y figure pas ?


  1. Le casque à lampe frontale
  2. La pioche
  3. Le wagonnet
  4. Le marteau-piqueur


Relevez le numéro de votre réponse.

Notez ce chiffre. C’est la réponse "F".
F =_____

Devant la mairie (N46°28.148' / E002°57.624')

Saperlotte !

Ha ! Toi aussi, cette découverte t’en bouche un coin ?! Il est vrai que ce monstre aquatique parait impressionnant si l'on regarde la pancarte...

A vrai dire... Je faisais surtout référence à la cloche de la mairie. Surnommée ainsi dans les années 1920, car le maire de l’époque s’écriait fréquemment : « saperlotte de saperlotte » ! La cloche, justement, est un élément identifiant les bâtiments publics. Ici, elle termine l’axe de symétrie de l’hôtel de ville.

Euh... Scoti ? Si ça ne te dérange pas, nous voudrions savoir si la créature que nous avons trouvée est un authentique orthacanthus buxieri... Peux-tu vérifier dans les archives si notre spécimen a les mêmes caractéristiques que celles du premier découvert à Buxières ?

Au N 46°28.140' / E 002°57.651' empruntez la rue à droite, puis dirigez-vous vers l’étape n°9.

Le préau en bois (N46° 28.086' / E002° 57.619')

Psitt ! En attendant que Scoti vous apporte une réponse quant à votre... bestiole. Admirez-moi un peu ces fermes !

Je m’y counnais, en ferme... Et je peux t’y dire que ce bâtiment : c’est plutôt un préau ! Une scierie-parqueterie locale l’utilisait pour entreposer ses lames de bois...Aujourd’hui, il est ouvert à tous.

Je ne parle pas des fermes que tu côtoies, Margotte... Mais de celles qui supportent le poids de la couverture ! De forme triangulaire, elles sont composées de plusieurs pièces de bois qui assurent la stabilité de l’ensemble. La pièce verticale s’appelle le « poinçon », la grande pièce horizontale est l’« entrait » et les deux obliques qui ferment le triangle sont les « arbalétriers ».

Combien le préau comporte-t-il de fermes ?

Notez ce chiffre. C’est la réponse "G".
G =_____
Indice
C’est un chiffre impair !

Au bout de la rue, tournez à gauche dans la rue Georges Copet. Au N 46°28.054' / E 002°57.725' rejoignez l’église en empruntant l’étroit passage situé entre les maisons que l’on appelle « un rouëtton ».

Excusez-moi... Voulez-vous ralentir un peu le pas ? D’ici, on voit d’autant mieux ce que nous distinguions tout à l’heure, en observant le bourg de loin... Ces maisons ont été construites autour de l’église, les unes contre les autres, pour lui servir de rempart.

L’église (N46° 28.048' / E002° 57.757')

Genius ! Te voilà ! J’ai les informations que tu attendais... Avec son aiguillon de 25 centimètres et sa large mâchoire aux dents pointues : cela ne fait aucun doute ! Il s’agit bien d’un orthacanthus buxieri !

Mon Dieu... Vous êtes donc parvenus à débusquer cette abomination ?!

Pas d’inquiétude, Bianka ! Cette créature n’a fait de mal à personne : c’est un fossile ! Nous l’avons trouvé, incrusté dans une plaque de schiste...

Me voilà rassurée... En parlant de plaques de schiste, avez-vous remarqué celles du parvis de l’église ? Par ici, lorsqu’elles sont utilisées pour le dallage, on les appelle « olivandes », du nom de la parcelle d’où elles étaient extraites, près des Justices.

Rendez-vous sur le côté droit de l’église en N 46°28.042' / E 002°57.763'.

Et cette ribambelle de drôles ?! Pourquoi ils nous regardent coumme ça ?!

Ce sont des modillons, Margotte ! Caractéristiques de l’art roman, ces pièces sculptées ornées de visages ou de motifs soutiennent une corniche. Contrairement aux olivandes du parvis, ceux-ci sont en grès : une roche qui absorbe l’humidité et se fend au contact du gel. C’est pourquoi ils ont été remplacés récemment.

Depuis ce point, combien de modillons ornés de visages comptez-vous sous la corniche la plus haute ?

Notez ce chiffre. C’est la réponse "H".
H =_____
Indice
c’est un chiffre impair.

Quittez l’église en prenant un second rouëtton menant à l’étape n°11.

Place Louis Ganne (N46° 28.075' / E002° 57.737')

Mais, alors... Si je comprends bien... Cette créature est une découverte paléontologique majeure ?! Elles sont suffisamment rares dans le monde pour que nous fêtions l’évènement comme il se doit ! Musique !

Ça tombe ben... V’là un enfant de la commune : Louis Ganne ! Enfin, son buste plutôt... On dit que ses oureilles ont été retirées, car on les trouvait trop décollées.

Célèbre au 19ème siècle, cet homme avait pourtant l’oreille musicale ! Né à Buxières, où son père travaillait dans les mines, ce compositeur fut directeur de l’orchestre de Monaco.

Vous connaissez tous Louis Ganne ! Il a créé la musique de la comptine : « En passant par la Lorraine avec mes sabots... En passant par la Lorraine avec mes sabooooots ! ».

Comment se nomme le sculpteur du buste de Louis Ganne ? Comptez le nombre de lettres qui composent son nom de famille.

Notez ce chiffre. C’est la réponse "I".
I =_____

Longez la rue Gabriel Péri en empruntant le trottoir de gauche.

Ces devantures nous rappellent qu’au début du 20ème siècle, les commerces étaient nombreux pour répondre aux besoins des mineurs qui vivaient dans le bourg. En 1910, la commune comptait 15 auberges et 5 boulangeries.

Tournez à gauche dans la rue Henri Pontet pour atteindre l’étape n°12.

Maison du patrimoine (N46° 28.129' / E002° 57.729')

La fête commence, et il faut que je trouve un endroit pour exposer cette plaque de schiste...  Pourquoi pas à la « Maison du Patrimoine » ?! Après tout, elle a été restaurée il y a peu de temps pour accueillir des expositions !

Cette bâtisse était autrefois la propriété du directeur de la scierie-parqueterie, dont je vous parlais tout à l’heure. Certains éléments de son architecture rappellent ouvertement l’aisance de ce dernier...

Le travail de la pierre est particulièrement soigné, à travers ces beaux chaînages d’angles et cet escalier, soutenu par des corbeaux sculptés. Combien en comptez-vous ?

Notez ce chiffre. C’est la réponse "J".
J =_____

Merci Piz... Mais tu pouvais aussi préciser qu’au premier étage, la Maison du Patrimoine abrite de nombreux éléments historiques, soigneusement recueillis par l’association « Les Gueules Noires » !

Mission accomplie !

J’ai trouvé mieux ! Cet endroit sera parfait pour exposer notre orthacanthus buxieri ! En plus, trois autres plaques de schiste y sont déjà disposées...

Un cadenas à code pour permet d'accéder au trésor. Voici le code à entrer pour le déverrouiller : H-I-J (vos réponses aux énigmes H, I et J).

Si vos réponses aux énigmes sont exactes, les coordonnées GPS du trésor se débloquent sur l'appli mobile ! Dans le cas contraire, vous pouvez utiliser des aides.

Coordonnées du trésor : N46° ((Bx(H+4))+C).((GxF)-A)(E-7)' / E002° 57.(I+2)(J-D)2'

Prenez un badge par personne. N’oubliez pas d’entrer le code collé à l'intérieur du trésor pour valider votre mission.
Postez un commentaire et des photos mais attention, l'emplacement du trésor doit rester secret.

A bientôt dans l’univers de PÉPIT !

Contactez-nous

Contact
Office de tourisme et de thermalisme de Bourbon l’Archambault et sa région
1 Place de l’Hôtel de ville
03160 Bourbon-l'Archambault
Tél
04 70 67 09 79

Vos commentaires


25 Sep 2022

Julhelo a trouvé la mission

Tres belle balade, qui a bien fatigué les enfants 😅.
Merci

18 Sep 2022

fernandessteph… a trouvé la mission

Pepit encore geniale .ca monte ,ca redescend .joli paysage et belle decouverte (magnifique gite sur le parcours )

18 Sep 2022

Mumuloulou a trouvé la mission

Jolie decouverte de la ville,

17 Sep 2022

RomainCharpentier a trouvé la mission

Super balade mais parcours un peu dangereux en bord de route.

10 Sep 2022

Famillechat03 a trouvé la mission

Belle balade et de belles côtes

04 Sep 2022

Nanou1966 a trouvé la mission

Sympa mais mosaïque devant la mairie a disparu